A la découverte d'un amoureux de T

Le FOYECO D’AKAKPO-LADO: la solution pour cuisiner de façon écolo.

J’entendais parler de son invention, puis la nature faisant bien les choses j’ai eu l’occasion de le rencontrer en Juillet dernier à la WeekEco (rencontre des jeunes francophones, acteurs de la lutte contre les changements climatiques, les détails sont ici). Puisque rien n’arrive au hasard, de discussions en discussions il m’a accordé une interview pour notre plus grand bonheur. Découvrons-le ensemble donc !

Bonjour Monsieur, merci d’avoir accepté de nous accorder cette interview. Pourriez-vous s’il vous plait lever le voile sur votre identité pour le plaisir de nos lecteurs ?

Je suis Edouard akakpo-lado, titulaire d’un BTS en électromécanique, fondateur du centre de recherche d’invention et d’innovation technologique (CRIIT/Lado concept), concepteur de machine et entrepreneur industriel.

Votre invention vient apporter une solution aux changements climatiques notamment aux émissions de gaz à effet de serre dues à la cuisine, dites-nous en plus ?

Effectivement, en général mes activités sont les recherches scientifiques et technologiques, la conception et l’innovation, mais compte tenu des effets du changement climatique dans le monde, j’ai mis sur pied un nouveau foyer économique et écologique à énergie renouvelable basé sur le recyclage des résidus de charbon et l’énergie solaire.

FOYECO avec chargeur,© AKAKPO-LADO

Pourquoi un foyer écologique et pas une autre invention ?

Vous savez le centre CRIIT/Lado-Concept a à son actif, plusieurs machines mises sur pied. Mais vous n’êtes pas sans savoir que dans nos communautés, la cuisson des aliments fait partie des principales sources d’émissions de gaz à effet de serre car nous utilisons pour la plupart du bois de chauffe ou encore du charbon de bois. Ainsi dans le souci de protéger l’environnement, de diminuer la déforestation et l’émission du CO2, de faire disparaitre les dépotoirs anarchiques crées par les résidus de charbon, j’ai imaginé la conception d’un foyer amélioré qui se veut économique et écologique à énergie renouvelable dont le solaire et les différents types de charbon verts.

Nous remercions donc votre esprit créatif pour cette idée ingénieuse. Toutefois quelles sont les caractéristiques de ce foyer amélioré et quel est son nom commercial ?

Ce foyer amélioré appelé FOYECO (contraction des mots foyer, économique et écologique ) est muni d’une ventilation automatique et permet à l’utilisateur de recycler gratuitement les résidus de charbon pour faire la cuisson tout en protégeant son environnement. Aussi il a une version qui utilise uniquement l’énergie solaire à travers un panneau solaire qui l’accompagne seul soit avec un matériel pour éclairage qui est d’une grande utilité dans les zones rurales non électrifiées.

FOYECO avec panneau solaire et muni de lampe solaire pour l’éclairage. ©AKAKPO-LADO

Quels avantages présentent ce foyer écologique amélioré que vous nous présentez ?

Le FOYECO permet d’abord de cuisiner en réduisant considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Il favorise la suppression de la force physique pour ventiler le feu grâce au ventilateur tout en gagnant 3 fois plus de temps.
Il permet de cuisiner à zéro franc si on choisit d’utiliser l’énergie solaire ou les résidus de charbon que les bonnes dames voudront bien nous remettre ou encore de réduire de plus de 70% les dépenses mensuelles énergétiques liées à la cuisson sur le secteur 220v grâce à un transformateur de 12 V, ce qui revient à 200f/mois à l’électricité sur le secteur(dans le cas de l’utilisation du FOYECO avec chargeur).

Fort intéressant. Quelles sont les perspectives de votre entreprise pour les cinq prochaines années.

Je compte avec mon équipe, lancer l’opération “UN MENAGE, UN FOYECO” afin qu’on retrouve dans 5 ans le FOYECO dans tous les ménages, ainsi nous pourrons tous participer à cette protection de l’environnement, à la réduction du CO2, à la diminution de la déforestation et à la réduction de nos dépenses énergétiques pour un développement durable.

Vivement cette opération donc ! Mais une petite inquiétude se pose, le foyer écologique utilise du charbon de bois, même si c’est à l’étape de résidu. Ne serait-il pas mieux d’éliminer totalement le risque d’émission en utilisant autre chose ?

Oui nous y pensons mais histoire de ne pas laisser les résidus de charbons comme déchets tel qu’on les retrouve sur les dépotoirs, nous avons jugé bon de les faire entrer dans la chaîne de consommation également. Néanmoins avec le FOYECO, on peut utiliser les coques des noix palmistes carbonisées, ou en encore des charbons verts.
D’ailleurs je suis entrain de mettre sur place des machines pouvant fabriquer des briquettes de charbon vert.

Cela me réconforte donc. Sinon dites-nous en dehors de la fabrication des FOYECO , êtes-vous un éco-citoyen ? Si oui, quelles sont vos habitudes écologiques quotidiennes ?

Bien sûr que je suis un éco-citoyen. Je recycle les canettes de boisson et les déchets plastiques qui pourront être broyés en granulés. Je protège mon environnement en jetant des sachets plastiques et autres ordures dans les poubelles. Je préfère les contenants réutilisables aux contenants à usage unique. Tout cela pour dire que je fais tout de même ma part dans cette lutte contre les changements climatiques.

Nous ne pourrons terminer cette interview sans vous demander combien coûte un foyeco et où peut-on s’en procurer ?

Le FOYECO est à 30.000FCFA avec le chargeur et à 40.000FCFA avec le panneau.
Pour tout renseignement, veuillez contacter le 0022899003620//92940669.

Merci. Et sinon quel est votre mot de fin pour nos lecteurs ?

Ensemble, utilisons le FOYECO pour la protection de notre environnement et la réduction de nos dépenses énergétiques.

Haha, c’est un message publicitaire donc !

Ce fut un plaisir d’échanger avec cet inventeur ou devrais-je dire ce concepteur d’appareils électromécaniques qui pense planète !

Alors chers lecteurs, vous vous procurez votre FOYECO quand ?

En attendant votre réponse à cette question, on se donne rendez-vous très bientôt pour une autre découverte d’un amoureux de T.

Advertisements
A la découverte d'un amoureux de T

Achille NOUSSIA et sa solution contre la pollution plastique: Le CivicBag

Aujourd’hui dans cette rubrique “À la découverte d’un amoureux de T”,nous faisons un zoom sur un Monsieur qui a à coeur la lutte contre la pollution plastique.. Suivez plutôt.

Bonjour Monsieur, pourriez-vous s’il vous plait lever le voile sur votre identité pour le plaisir de nos lecteurs ?

Bonjour et merci pour l’intérêt que vous portez pour notre initiative.
Je suis Achille NOUSSIA, Entrepreneur, Eco-concepteur, je suis le Manager General de la société Eco-Packaging House qui porte aujourd’hui la marque des sacs #CivicBag que vous connaissez bien.

Votre activité de ce que nous savons, vient apporter une solution contre la pollution plastique,dites-nous en plus ?

Effectivement, nous avons pris la charge sur nous de mettre à disposition de nos concitoyens des sacs et emballages biodégradables, afin de les amener progressivement à moins recourir à l’usage des sachets plastiques non-biodégradables, qui sont d’ailleurs sources de plusieurs maux dont nous souffrons tous. C’est en cela que nous avons opté pour le recyclage du papier ciment que bon nombre de personnes utilisent à de diverses occasions, pour en faire des sacs et emballages, une solution efficace et durable contre la pollution de l’environnement.

Votre histoire avec la fabrication de ses sacs biodégradables commencent quand et pourquoi le nom CivicBag?

L’aventure #CivicBag a commencé le 16 décembre 2016 à 16h (rire). Parce que nous avons fait l’amer constat selon lequel nous sommes envahis par une colonie de sachets noirs, qui nous créent plus de tort que de bien. Pollution du cadre de vie, inondation, des maladies, pour ne citer que ceux-là. Tout citoyen soucieux du bon état de son environnement et de la vie de ses concitoyens ne peut rester insensible à ces maux sus-cités. C’est dans cette quête de solution alternative que nous sommes parvenus à mettre au point des sacs et emballages dénommés #CivicBag. #CiviBag, parce que nous pensons que la lutte contre la pollution doit être une affaire de tous. Et que chaque citoyen doit se sentir concerner. D’où le nom #CivicBag, le sac citoyen.

Quelles sont les matières utilisées pour fabriquer ce sac biodégradable et quels avantages présente-il?

Pour fabriquer un sac biodégradable comme ce que nous faisons, on utilise principalement du papier. A ce jour, vu l’évolution de la demande, en plus du papier ciment recyclé au départ, nous utilisons aussi du papier kraft neuf, et d’autres types de papiers neufs. Nous utilisons aussi du papier journal (Pour recycler les vieux journaux). Pour faire les bras ou anses de nos sacs, nous utilisons du raphia, qui est tout aussi naturel et biodégradable.

L’avantage de ces papiers, c’est qu’ils se dégradent au bout d’un temps relativement court. Les papiers comme le papier ciment sont résistants pour porter des objets à concurrence de 5kg selon la taille. Nos sacs sont réutilisables, personnalisables et constituent un outil de communication et de marketing responsable pour les entreprises et sociétés.

Quelles sont les perspectives de votre entreprise pour les cinq prochaines années.

Pour les cinq prochaines années, nous comptons améliorer l’offre. Nous espérons augmenter notre part de marché à hauteur de 15 à 20%. Nous envisageons être présents dans 5 autres pays de la sous-région ouest africaine. Au bout de ces cinq années, nous envisageons également,mettre sur le marché d’autres types d’emballages à base des feuilles d’arbre.

Vivement la réalisation effective de ces projets.Dites-nous en dehors de la fabrication des CivicBag, êtes-vous un éco-citoyen ? Si oui, quelles sont vos habitudes écologiques quotidiennes ?

Bien évidemment, je ne peux pas être le chantre du changement de comportement vis-à-vis de notre environnement, et être moi-même en contradiction avec ce que je dis ou j’enseigne aux gens. Pour commencer, je n’utilise presque plus du sachet plastique. Parce que je me promène partout avec mon sac #CivicBag. Ce qui me permet de refuser des sachets plastiques quand veut m’en donner. A la maison, j’ai mis à disposition une quantité de #CivicBag, pour faire les courses, ma femme et mes enfants l’utilisent pour la cause. J’ai fait installer à la maison et à mon service des poubelles pour ne recueillir que des sachets plastiques de pure water. S’il arrive que je dois manger dehors, j’évite qu’on me sert dans du sachet. Pour cela, je mange sur place dans une assiette. Je ne jette plus de sachet pure water dans la rue. Je les conserve dans mon sac pour les déposer dans les poubelles aménagées une fois à la maison. Pour la gestion rationnelle de l’eau par exemple, je suis en train de faire une expérimentation avec l’utilisation des jarres et la consommation directe des sachets de 500cl de pure water. Sur la gestion de l’énergie, j’utilise peu le ventilateur, j’éteins les lumières avant de dormir. Les mêmes principes sont appliqués à mon service. Bref, je fais l’effort pour être un exemple d’un éco-citoyen.

Félicitations cher Eco-citoyen,vous faites bien des efforts ! Nous ne pourrons terminer cette interview sans vous demander combien coûte un CivicBag et où peut-on s’en procurer ?

Merci pour la question. Mais voyez-vous, le prix des #CivicBag tient compte de plusieurs paramètres. Notamment, la taille, la quantité, le type de papier et les couleurs d’impression. Mais je peux vous donner les fourchettes de prix. Nous avons des petits sacs qui coûtent entre 100f et 150f avec ou sans impression. Nous en avons qui coûtent entre 200f à 380f avec ou sans impression. Et nous avons qui coûtent entre 400f et 550f avec ou sans impression. Donc, actuellement, le prix le plus bas c’est 100f et le top c’est 550f.
Pour le moment, nous produisons les sacs sur commandes et sur abonnement et on peut commander en contactant 228civicbag@gmail.com !

Dans peu de temps, les #CivicBag seront disponibles sur les étalages et dans les grandes surfaces.

Nous sommes impatients donc de les retrouver sur le marché. Et sinon quel est votre mot de fin pour nos lecteurs ?

Je tiens à vous exprimer toute ma gratitude pour cette occasion que vous nous offrez. Recevez mes sincères félicitations également pour le travail que vous abattez pour la promotion de la cause du climat en particulier et de l’environnement en général.
Pour finir, je vais une fois encore inviter nos concitoyens à s’impliquer d’avantage dans des initiatives de protection de l’environnement, à adopter des gestes éco-citoyens. Je les invite à adopter #CivicBag dans leurs courses ou besoins au quotidien. Il en va de la préservation de notre santé, du cadre de vie et de l’environnement que nous avons en partage. Notre survie en dépend.
Je vous remercie.

Voilà, c’est ici que s’achève notre zoom sur cet amoureux de la planète qui s’active contre la pollution plastique.

Alors qui sera le prochain amoureux de la planète que nous découvrirons ? Restez connectés pour le savoir.

Signé Votre dévouée Climeo.

A la découverte d'un amoureux de T

Garder la ligne de façon écolo: ça vous dit?

Dans le monde entier, il existe un grand nombre de personnes éprises de la planète Terre (que j’appelle affectueusement Maman T ou T). Dans la rubrique, ” A la découverte d’un amoureux de T”, je vous présente aujourd’hui un des amoureux de la planète qui a choisi une manière atypique de prouver son amour à la planète. Qui est-il ? Il fait quoi? Je vous dis tout dans la suite du billet.

Bonjour Monsieur, alors dites-nous qui vous êtes. Les lecteurs sont impatients de vous connaître.

 Je suis Félix TAGBA , fondateur de l’association Ecojogging et promoteur du mouvement Ecojogging.felix

Ecojogging, un nouveau mot. Pourriez-vous nous expliquer ce que c’est ?

 Ecojogging est mouvement qui consiste à courir tout en ramassant les déchets, en priorité les déchets plastiques et à les recycler.

Fort intéressant. Comment est né ce mouvement ?

J’ai initié ce mouvement parce que je fais beaucoup de footing et je m’intéresse beaucoup à la protection de l’environnement.

Comme à mon habitude j’étais parti courir un matin sur un terrain et à ma grande surprise le terrain était bondé de déchets, surtout les sachets d’eau. Du coup j’ai voulu trouvé une solution à cette situation en alliant le jogging au ramassage de déchets et recyclage. J’ai lancé l’idée sur les réseaux sociaux. Les gens étaient intéressés et le 28 janvier 2017 nous avons fait la première course Ecojogging.

L’histoire débute le 28 Janvier 2017. Mais déjà nous avons une date “le 24 Juin” qui est retenue comme date de la Journée Mondiale de l’ Ecojogging . Comment s’explique l’engouement autour du mouvement au point de lui dédier une journée mondiale ?

Juste après la première édition, beaucoup de personnes étaient intéressées à travers le monde. Aujourd’hui Ecojogging se pratique dans plusieurs pays notamment au Togo, Ghana, Bénin , en Mauritanie, en France, à Mayotte, bientôt en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays.eco

Vu l’engouement nous avons pensé initier une Journée internationale de l’ Ecojogging qui permettra aux citoyens du monde entier de faire cette activité le même jour partout dans le monde pour lutter ensemble contre la pollution en général mais celle des déchets plastiques en particulier.

Félicitations. Vous faites du bien à la planète tout en brûlant les calories. Mais dites-nous, tout le monde peut participer à l’ Ecojogging ? Ou faut-il respecter certains critères ?

Tout le monde peut le faire d’autant plus que le sport est bon pour la santé donc tant que vous pouvez faire du jogging, vous pourrez allier la partie écolo à votre activité sportive. Il faut tout de même rappeler que pendant nos séances d’ Ecojogging, nous sensibilisons la population sur les bienfaits du sport et la nécessité de protéger l’environnement.

Je vais commencer par pratiquer l’ Ecojogging, je dois garder la ligne vous savez! Et sinon, si vous aviez un appel à lancer ou un mot à l’endroit de ceux qui nous lisent, ce serait quoi ?

J’invite tout le monde à pratiquer Ecojogging pour notre bien-être et pour protéger l’environnement. Nous devons agir ensemble pour sauver notre planète.

Je crois que le message est passé et que bientôt à l’une des séances Ecojogging, participeront plusieurs lecteurs ou mieux initieront des courses Ecojogging dans leurs communautés.

J’en serai ravi, surtout que cela signifiera que nous serons nombreux à faire du bien à notre planète en assainissant nos rues, quartiers  mais aussi à nous faire du bien en gardant la ligne.       

Tout à fait. Et sinon on fait comment pour en savoir plus sur  l’association au cas où ?

On peut nous écrire via notre site web : http://www.ecojogging.org ou  sur les réseaux sociaux en tapant “@Ecojogging”. Et pour nos lecteurs qui sont à Lomé(Togo), ce samedi 21 Juillet 2018, le rendez-vous est pris à 6h devant le bureau de l’OIF-Afrique de l’Ouest pour le top départ d’une Ecojogging-day en collaboration avec “Eco Tourisme Togo” et “l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Voilà comment prend fin cette découverte d’un amoureux de T qui ne lésine ni sur sa santé ni sur celle de la planète.Alors chers lecteurs, vous en pensez quoi? Votre prochain jogging vous le ferez comment?

Dites-le moi en commentaire et n’hésitez surtout pas à partager !

PS: Vous retrouverez toutes les infos sur l’Ecojogging du 21 Juillet 2018 sur la page Facebook Think&Act Climate via le lien https://www.facebook.com/Climeo228/

A la découverte d'un amoureux de T

Petite pause avec une Eco’Winner

« Il y a peu, votre dévouée Climeo a décidé que pour toucher un plus grand nombre de gens, il fallait passer par un autre canal qui inciterait beaucoup plus de monde à œuvrer pour atténuer le mal de Maman T. C’est ainsi que la page Think&Act Climate est née sur Facebook (le lien vous sera donné à la fin de l’article). La naissance de cette page coïncidant avec la Journée mondiale de la Terre 22 Avril, il fut lancé une campagne digitale dénommée #TogetherForEarth ou encore #Maindanslamainpourlaplanète. Cette campagne consistait à envoyer une photo de soi avec un mot à l’endroit de la planète, la faire liker par un nombre élevé de personnes afin d’être titré Eco’ Winner et bénéficié de deux avantages qui sont : être à la couverture de la page Think&Act Climate et être à la Une d’un billet de Climeo. (…) Alors, il y a deux jours que le voile est levé sur notre Eco’ Winner et aujourd’hui, elle est la star de cet article car ayant accepté de nous accorder une interview. Oui, vous avez bien lu, c’est elle, une fille mais je ne vous en dis pas plus, continuez la lecture ! » Continue reading “Petite pause avec une Eco’Winner”

Climat

La goutte d’eau qui fait déborder le vase

« (…) Ce billet initialement ne devait pas porter ce titre, mais suite à des évènements, je l’ai changé et je crois que celui-ci est plus approprié. Un instant, je vous explique ! Cet article aurait dû paraître le 22 Mars dans le cadre de la journée mondiale de l’eau mais mon outil de travail faisait des caprices, je crois tout simplement qu’il n’était pas d’accord que je puisse publier à cette date. On a dû avoir une franche discussion (ah oui, mon ordinateur et moi nous nous parlons comme de vieux amis), et on s’est entendu que le 23 Mars, je puisse publier. Mais voilà ; quand le moment fatidique arriva et que je devais appuyer sur ‘’Publier’’, la connexion internet refusa, et ça vous voyez c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. N’empêche, lisez la suite… »

  Continue reading “La goutte d’eau qui fait déborder le vase”

Climat

LES ACTIONS QUI PÈSENT LOURD DANS LA BALANCE

« Il était une fois, une femme qui aurait dû être dans le grand livre des records pour avoir eu un nombre exponentiel d’amoureux, tenez-vous bien ; ceux-ci étaient 7,6 milliards. Chaque jour, pour cette femme était à l’image de la Saint Valentin car tous lui prouvaient par des gestes petits ou grands combien elle comptait pour eux. Elle et ses amoureux vivaient en harmonie, sans encombre (…) »

Continue reading “LES ACTIONS QUI PÈSENT LOURD DANS LA BALANCE”

Climat

La terre a-t-elle cessé de tourner en mon absence?

Quand je débutais ce blog, l’esprit qui m’animait après avoir posté le premier billet, c’était de continuer dans une lancée fulgurante : publier un article ou un simple coup de gueule chaque deux jours, ou pourquoi pas chaque jour ? Ah oui, j’étais plutôt ambitieuse (…) enfin, jusqu’à ce que la triste réalité me rattrape. Les cours, l’engagement associatif, les petits problèmes de santé, les problèmes techniques (mon pc, mon outil de travail principal qui déconne) bref tout l’arsenal d’embûches qui pouvaient jalonner mon parcours de blogueuse.

Continue reading “La terre a-t-elle cessé de tourner en mon absence?”